9 conseils pour être une équipe parentale solide

Assurer les soins et l’éducation d’un enfant, c’est une grande responsabilité et beaucoup de travail. Les parents ont donc tout à gagner à s’entraider au quotidien et à former une bonne équipe parentale.

1. Prendre le temps de se parler et de s’écouter.

« Quand on a une situation à régler, on essaie de ne pas laisser traîner les choses, dit Élisabeth Cloutier, la maman de Henri et de Clara. Une fois les enfants couchés, on éteint nos téléphones et on se parle. » Vous avez du mal à trouver du temps pour discuter? Convenir d’un moment précis et le mettre à l’agenda peut vous aider.

2. Déterminer des valeurs et des règles prioritaires.

Pour que votre enfant comprenne bien ce que vous attendez de lui, vous pouvez vous entendre avec votre partenaire sur l’essentiel. Pour le reste, l’idéal est de vous faire confiance et de faire confiance à l’autre parent. C’est ce qu’ont fait les parents de Xavier et d’Anaïs à propos du temps d’écran. « Pendant le confinement, les enfants ont plus utilisé les écrans que d’habitude », note Mari-Lou, la maman. Elle et son conjoint se sont mis d’accord sur l’importance de limiter le temps d’écran à certains moments de la journée.

3. Lâcher prise sur les choses moins importantes.

Il est rare qu’un couple s’entende sur tout. Par exemple, Élisabeth trouve les yogourts à boire trop sucrés et n’en donne pas à son fils. Mais son conjoint, oui. « J’ai lâché prise là-dessus, dit-elle. Ça ne vaut pas la peine de se chicaner pour ça. » Pour sa part, Jean-Marc aurait voulu que ses filles terminent toujours leur assiette. « Mes parents m’ont appris à ne pas gaspiller, raconte le papa de Soléa et de Cléo. Mais comme ma femme m’a dit qu’on ne doit pas forcer les enfants à manger, c’est moi maintenant qui mange leurs restes! »

4. Accepter que votre partenaire fasse les choses à sa manière.

Après tout, l’important, c’est le résultat. Critiquer l’autre ne fera que le démotiver et vous risquez de vous retrouver à tout faire vous-même. Pour les soins des enfants, les hommes ont souvent besoin de l’approbation de leur conjointe pour se sentir compétents. « Si la mère le critique, le père finit par croire qu’il n’est pas bon pour s’occuper de l’enfant et il peut se désengager », indique la professeure et chercheuse Diane Dubeau.

5. Ne pas parler sous le coup de la colère.

« Les émotions sont mauvaises conseillères, dit Harry Timmermans, psychologue et médiateur familial. Si vous êtes en colère contre votre partenaire, attendez d’être calme avant de lui en parler. Sinon, vous risquez de briser quelque chose dans la relation que vous devrez réparer ensuite. D’ailleurs, il est préférable de discuter de façon polie et respectueuse, car c’est ainsi que vous trouverez des solutions. » Il faut aussi éviter de vous chicaner ou de critiquer l’autre parent devant votre enfant. Sinon, cela peut l’insécuriser et le rendre anxieux. Quand vous avez des désaccords, mieux vaut en parler loin de ses oreilles. ...Lire plus sur naitreetgrandir.com