Pour que votre enfant arrête de sucer son pouce

Bébé suce son pouce? Il n'y a pas là de quoi s'alarmer! Mais quand cette habitude ne semble pas vouloir disparaître avec l'âge, il est peut-être temps de donner un coup de main à votre enfant. Voici quelques conseils qui vous aideront à l'accompagner dans ce processus de sevrage pas facile pour lui.

Pourquoi les bébés sucent-ils leur pouce?

Nombreux sont les enfants qui, entre 2 ans et 3 ans, suceront leur pouce à l'occasion. La plupart arrêteront tout naturellement de le faire bien avant qu'il soit temps d'entrer à l'école. Le fait de sucer son pouce apporte à l'enfant du réconfort et l'aide à s'adapter, ça le sécurise. C'est pourquoi ce geste tend à se produire particulièrement lorsque le petit vit un stress quelconque.

Pourquoi est-il important d'arrêter tôt?

Le plus tôt un enfant arrête de sucer son pouce, le plus facile ce sera pour lui (et donc pour vous). On estime qu'il est beaucoup plus difficile de faire cesser cette habitude chez un enfant de 4 ans et plus, mais certains spécialistes affirment qu'il est préférable d'attendre après 4 ans, car ce n'est qu'à cet âge que le fait de sucer le pouce devient plus nuisible que bénéfique pour l'enfant. Bien sûr, la plupart des enfants finiront par arrêter un jour ou l'autre. Mais sachez que, chez les enfants qui sucent encore leur pouce au moment d'entrer à l'école, ce sera sûrement après avoir enduré les moqueries et les quolibets des autres jeunes. Pour éviter que votre petit amour ne souffre de l'ostracisme de ses camarades et que son estime de soi en pâtisse, il est préférable de s'atteler à cette tâche ingrate le plus rapidement possible. En plus de ce risque, plusieurs études ont associé le fait de sucer le pouce avec divers problèmes physiologiques, notamment de dents, ainsi qu'avec un autre comportement consistant à s'arracher les cheveux, et avec un plus grand risque d'empoisonnement alimentaire. Une autre bonne raison pour conditionner le petit à cesser.

Trucs pour aider l'enfant à arrêter de sucer son pouce

- En toutes circonstances, sachez que la douceur est de mise avec un enfant qui suce son pouce. En le réprimandant avec agressivité, vous risqueriez de générer de l'anxiété chez lui, et il n'en sucerait que plus son pouce.

- L'enfant ne suce pas son pouce par besoin d'attention, il ne sert à rien d'ignorer le problème. Toutefois, lorsque le moment est venu de l'aider à arrêter, certains recommandent de ne pas porter attention au problème pendant quelques semaines afin que l'intervention s'amorce sur des bases fraîches.

- Expliquez clairement à l'enfant qu'il est temps de mettre l'habitude de sucer son pouce derrière lui. Tentez de présenter cela comme un beau défi, en lui expliquant qu'il sera un grand garçon / une grande fille s'il y parvient. S'il n'est pas convaincu, expliquez-lui les conséquences que son habitude pourrait éventuellement avoir, sans lui faire peur ou tomber dans le sensationnalisme.

- Vous pouvez noter les progrès de l'enfant sur un calendrier. Par exemple, à la fin de chaque journée de réussite, l'enfant a le droit de coller un beau collant sur la case correspondante dans le calendrier. Faites-en un rituel privilégié et il y a fort à parier que votre enfant fera les meilleurs efforts pour qu'il se renouvelle chaque soir!

- Dans le même ordre d'idées, il a été démontré qu'un système de récompenses fonctionne très bien dans ce cas-là. À la fin de chaque journée sans sucer son pouce, l'enfant se voit allouer une babiole, un bonbon ou autre petit présent. Pour l'enfant d'âge scolaire, on peut fonctionner avec un système de points et déterminer que, par exemple, après 20 jours sans sucer son pouce, l'enfant aura droit à un jouet qu'il désire. 

- Lors d'une bonne journée, voire même d'une bonne heure, n'hésitez pas à complimenter l'enfant sur son progrès. En revanche, ne lui montrez pas que vous êtes déçu lorsqu'il rechute .

- Prévoyez pour l'enfant des activités amusantes pendant lesquelles il doit se servir de ses mains. Dans beaucoup de cas, il en oubliera de sucer son pouce pendant quelque temps,  ce qui ne peut qu'avoir un effet bénéfique sur le sevrage dans son ensemble.

- Une substance au goût mauvais, disponible en pharmacie pour un prix très abordable, peut être appliquée sur le pouce de l'enfant deux fois par jour, rendant son expérience de succion beaucoup moins agréable. Si certains parents ont considéré cette façon de procéder comme inutile, d'autres la jugent efficace surtout lorsqu'elle s'accompagne d'un système de récompenses. Si votre enfant, malgré tous vos efforts et toute votre patience, continue de sucer son pouce, il sera peut-être nécessaire de faire appel à une aide extérieure. Médecin, dentiste ou psychologue peuvent être vos alliés, en fonction des problématiques qui, chez votre enfant, sont associées à la succion du pouce. Quoi qu'il en soit, ne craignez rien. Rares sont les enfants qui seront très affectés à long terme par cette habitude. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas s'en occuper, mais il ne sert à rien de paniquer!

F.Bayala

Quatre règles pour bien nourrir bébé

Les bébés peuvent-ils tout boire et tout manger? mais c'est non! Les bébés de moins de 1 an ne doivent pas être nourris avec des boissons végétales à titre exclusif ou même partiel. Après plusieurs cas graves survenus à cause de ces produits non adaptés aux nourrissons.

 1-Quel lait donner à mon bébé?

Tous les spécialistes l'assurent : le lait maternel est le meilleur.  Il a énormément de propriétés que les substituts n'ont pas, ceux-ci tentent seulement de s'en approcher ". Toutefois, des femmes ne le peuvent ou ne le souhaitent pas. Dans ce cas, elles doivent impérativement recourir à ces substituts qui sont, le plus souvent, constitués à partir de lait de vache enrichi en protéines, en lipides et d'autres nutriments. " En dehors de l'allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite peuvent couvrir les besoins de l'enfant de moins de 1 an ". A noter qu'à chaque âge correspond un lait approprié : de 0 à 4-6 mois le lait premier âge, de 4-6 mois à 1 an le lait deuxième âge , après 1 an mieux vaut privilégier le lait de croissance.

 2-Et si mon nourrisson est allergique par exemple?

Les boissons végétales, comme le " lait de soja " ou le " lait d'amande ", présentées comme des laits, ainsi que les laits d'origine non bovines (chèvre, brebis…) peuvent être dangereux, quelle que soit leur appellation. Ces boissons sont nutritivement déséquilibrées, cela peut entraîner des problèmes de croissance, et même de développement cognitif .  De telles pratiques peuvent entraîner en quelques semaines un état de malnutrition ou des désordres métaboliques sévères pouvant conduire à des complications infectieuses et aller jusqu'au décès de l'enfant . En cas d'intolérance aux protéines du lait de vache, des laits de soja ou de riz peuvent être prescrits par des médecins, mais il s'agit toujours de préparations pour nourrissons trouvables uniquement en pharmacie.

 3-Quand puis-je diversifier sa nourriture?

 La diversification doit intervenir entre 4 et 6 mois : c'est la " fenêtre " au cours de laquelle le bébé sera le plus tolérant. Plus tôt ou plus tard, les risques d'allergies et d'obésité sont beaucoup plus importants. Vous pouvez commencer progressivement à introduire les légumes dans ses repas durant quinze jours, puis les fruits, les céréales et plus tard les viandes, le poisson, les féculents et les matières grasses, importantes pour le développement du cerveau.

 4-Y a-t-il des aliments à éviter?

Attention à ne pas leur donner trop de viande, de graisses cuites, ni trop de sucre dont ils sont très friands. Certains spécialistes préfèrent éviter les fruits exotiques, les arachides ou les épices durant les premiers mois, il n'y a " pas d'aliments interdits ", à condition qu'ils restent sains.  Il faut simplement faire attention au début aux légumes très forts, mais après un an l'enfant peut goûter à tout.

F.Bayala

Lutter contre la constipation des bébés

 

Le nourrisson est un être très fragile : il lui arrive d'être victime de diverses maladies ou problèmes relatifs à son âge. Le cas de la constipation en est une.  Il ne faut pas s'affoler car en lisant les lignes suivantes, la détecter et la traiter ne posera plus de problèmes aux parents.

Surveillance accrue

D'abord, il faut observer et noter le nombre des besoins du bébé. En général, un enfant allaité au sein fait ses besoins cinq fois et au biberon 3 fois par jour. Si la fréquence est en dessous de cette norme, on peut en tirer que l'enfant soit une victime de constipation. 

Lors de ses besoins, s'il présente une difficulté à évacuer, s'il pleure c'est que le nourrisson est constipé aussi. Afin d'éviter de tels désagréments, donnez des aliments riches en fibres.

Pour les bébés de plus 4 mois, des poires et pruneaux sont à conseiller. Et quel que soit son âge, l'eau est indispensable et en quantité suffisante. Elle facilite la digestion et l'évacuation. 

Photo d'illustration

Petites annonces sur annonces.ci