Le "stealthing", ce viol que les avocats veulent faire reconnaître

Plusieurs avocats américains ont débuté un long combat afin de faire reconnaître juridiquement le «stealthing» comme un viol. Cette pratique consiste à retirer son préservatif sans le consentement de son ou sa partenaire. 

C’est une pratique qui inquiète les autorités américaines. Le «stealthing» qui consiste à retirer son préservatif pendant l’acte sexuel sans le consentement de son ou sa partenaire est de plus en plus répandu. Contre ce fléau qui s’apparente selon elle à un viol, une avocate américaine, Cristina Garcia, a lancé lundi en Californie un nouveau projet de loi, l'AB 1033, qui permettrait de faire reconnaître le «stealthing» comme un viol. «Faire ça est un viol. Pénétrer quelqu’un sans son consentement est un viol», a-t-elle expliqué dans un communiqué, rappelant que retirer son préservatif pouvait exposer les victimes à des maladies sexuelles transmissibles ou à des grossesses non désirées.

Cristina Garcia n’est pas la seule à se battre pour faire reconnaître cette pratique. Une avocate du Wisconsin a elle aussi déposé un projet de loi semblable, expliquant que la question n’est pas de savoir si le «stealthing est répandu ou pas mais de savoir si nous allons faire quelque chose ou non», indique CBS. 

"Les survivants subissent des préjudices réels"

Le «stealthing» a commencé à faire la Une des médias après un article publié par le «Columbia Journal of Gender and Law» le mois dernier. Dans le papier, de nombreuses victimes de cette pratique racontaient leur histoire et déploraient le manque de reconnaissance du système légal. «Les survivants subissent des préjudices réels - émotionnels, financiers et physiques - auxquels la loi pourrait apporter un recours par compensation ou simplement une opportunité d'être entendus et validés», écrivait la journaliste Alexandra Brodsky. Le «stealthing» a également fait parler de lui en 2010, lorsque deux femmes, en Suède, ont accusé le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, de viol. Selon leur version des faits, il aurait refusé de porter un préservatif dans un premier temps. Une fois qu’il aurait finalement accepté, il l’aurait retiré durant l’acte sans leur consentement. L'Australien qui nie les faits est aujourd’hui réfugié à l’ambassade d'Équateur depuis 2012. Vendredi, le parquet suédois a finalement annoncé qu'il abandonnait ces poursuites pour viol. 

En France, la question du «stealthing» n’a pas encore été officiellement posée à la justice. Pour l’heure, l’article 222-23 du Code pénal définit le viol de cette façon : «Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol». Reste à savoir si dans le cas du «stealthing», la «surprise» pourrait être retenue ou non par la justice.

 

Source : parismatch.com

VOIR AUSSI

Maroc : une loi contre les violences faites aux femmes définitivement ...
15 Fév 2018
Maroc : une loi contre les violences faites aux femmes définitivement adoptée

Après des années de vifs débats, le Parlement marocain a définitivement adopté mercredi 14 février [ ... ]

Lire Plus...
Bientôt la fin des photos de nos enfants sur Internet sans leur accord...
02 Fév 2018
Bientôt la fin des photos de nos enfants sur Internet sans leur accord?

L’Allemagne prend les devants concernant l’affichage systématique des enfants sur les réseaux sociaux. [ ... ]

Lire Plus...
Me Bitty-Kouyaté Christiane, notaire : ‘‘Nous nous posons la question ...
19 Jan 2018
Me Bitty-Kouyaté Christiane, notaire : ‘‘Nous nous posons la question de savoir si nous n`achetons pas la femme par la dot. ‘’

Anciennement présidente de la chambre des notaires, présidente de l’association des femmes juristes [ ... ]

Lire Plus...
Changement de nom après le mariage : une obligation ?
17 Jan 2018
Changement de nom après le mariage : une obligation ?

Vous vous demandez s’il est obligatoire de porter le nom de famille de votre mari une fois votre cérémonie [ ... ]

Lire Plus...
Ghana : discrimination et violence à l’encontre des personnes LGBT
09 Jan 2018
Ghana : discrimination et violence à l’encontre des personnes LGBT

Au-delà des réformes déjà engagées, il faut abroger la loi discriminatoire de l’époque coloniale. [ ... ]

Lire Plus...
En Inde, le «divorce instantané» pourrait être puni de trois ans de pr...
29 Déc 2017
En Inde, le «divorce instantané» pourrait être puni de trois ans de prison

Le Gouvernement souhaite adopter une loi en ce sens, quelques mois après l'interdiction de cette pratique [ ... ]

Lire Plus...