6 solutions d’urgence pour éviter la souffrance fœtale à l’accouchement

Grossesse sans souci, préparation zen, compagnon aux petits soins… on était parée pour accoucher comme une fleur et paf, voilà que les choses se gâtent en salle d’accouchement. Quand l’imprévu fait son show et que la souffrance fœtale est avérée, il fait quoi, le gygy ?

1- Il pose une perfusion d’ocytocine

Cette hormone, naturellement produite au cours du travail, permet à l’utérus de se contracter. Une injection d’ocytocine peut être nécessaire lorsque les contractions ne sont pas régulières ou pas suffisamment efficaces.

Avantage : quelques minutes après le début de l’injection, les contractions se régularisent, mais, en s’intensifiant, elles deviennent aussi plus douloureuses ! Pour cette raison, la perfusion d’ocytocine impose souvent une péridurale.

2- Il propose une péridurale

Quand les contractions durent depuis un moment et sont très intenses, si la future maman n’arrive pas à supporter la douleur ou se fatigue, la péridurale peut être une bonne solution, en l’absence de contre-indications médicales. Cela permet d’atténuer, voire de supprimer les sensations douloureuses et permet l’injection d’ocytocine pour régulariser et rendre plus efficaces les contractions utérines. Et comme on a forcément rencontré l’anesthésiste quelques jours avant, le protocole est paré.

Avantage : moins accaparée par la douleur, on a tendance à se détendre, ce qui a pour heureux effet de faciliter la naissance de bébé.

3- Il décide de rompre la poche des eaux

Au cours du travail, la poche des eaux se rompt en général naturellement. Pour renforcer les contractions et donc activer la naissance, la sage-femme ou le gynécologue peut percer artificiellement la poche des eaux. En association avec d’autres moyens (perfusion d’ocytocine…), cela peut aider à déclencher le travail. La membrane est percée à l’aide d’un petit appareil. En général, l’équipe médicale préfère attendre pour percer la poche que la tête de bébé soit bien engagée dans le bassin afin d’éviter que le cordon, soit entraîné dans le vagin par le flot du liquide et se retrouve coincé entre la tête du bébé et les os du bassin, ce qui priverait bébé d’oxygène.

Avantage : cette intervention n’est pas douloureuse car les membranes sont dépourvues de terminaison nerveuse… mais les contractions vont devenir plus difficilement supportables. Lire plus sur neufmois.fr